Plan régional de santé: pour des moyens à la hauteur des ambitions

image1

Les membres de la commission de coordination des politiques publiques de l’Agence Régionale de Santé (ARS) se sont réunis cette semaine, notamment pour la présentation du volet “Personnes Âgées et Personnes Handicapées” du Plan Régional de Santé 2017 – 2022.

Représentante du conseil régional à cette instance, j’ai pu découvrir toute «l’ambition» du projet que nous a présenté l’ARS. Son représentant expliquait d’emblée, «ce projet a été conçu pour apporter des avancées très concrètes et significatives pour la santé des habitants de la région Occitanie, avec une attention particulière pour les plus vulnérables».

Il poursuivait, «l’objectif est de mobiliser les acteurs de santé et ses partenaires pour davantage prendre en compte les besoins des personnes les plus vulnérables et agir plus efficacement, pour réduire les inégalités de santé, ou à minima ne pas les aggraver».

Un discours qui, effectivement, laisse sous-entendre de la part de l’ARS, et donc du gouvernement, une grande ambition qui induirait la mise à disposition de moyens financiers tout aussi ambitieux. Hélas, ce n’est pas le cas!

Comme je l’ai explicité lors de mon intervention, si les objectifs, ambitieux, de l’ARS en matière de prise en charge et d’accompagnement médico-sociaux des personnes âgée ou en situation de handicap, sont évidemment louables, la question des moyens financiers qui sont mis en place pour concrétiser cette ambition, demeure un enjeu majeur.

L’actualité, mais surtout la situation désespérante des personnels de santé autant que des structures, nous montrent que jusqu’à présent, plutôt que «l’ambition», c’est la précarité et le manque évident de moyens qui règnent dans le secteur médico-social.

En réalité, le panorama des établissements et personnels de santé est accablant! La situation des EHPAD, la souffrance de ses personnels, ainsi que celle des personnes âgées qui y résident sont une honte que même les meilleurs communicants ne peuvent cacher! Malheureusement, ce caractère paradoxal des injonctions de l’ARS dans un contexte de décrochage quant aux moyens, touche tout autant le secteur du handicap.

Comme je l’ai dit récemment, arrêtons la casse et la com, et concrétisons nos ambitions en y investissant les moyens nécessaires. Plus que des «ambitions», ce sont des choix financiers et politiques forts dont a réellement besoin notre secteur médico-social.

Publicités

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.