Logement et accessibilité, un recul inacceptable !

Logements accessibles
Photo : Pascal Pavani/AFP, L’Humanité.

Entêté dans son « projet » de casse sociale générale, le gouvernement vient malheureusement de franchir une nouvelle étape. Après les migrants, les chômeurs et les retraités, c’est au tour des personnes en situation de handicap d’être victime du libéralisme mortifère d’Emmanuel Macron.

En décidant que seuls 10% des logements seront accessibles et que les autres seront adaptables, la loi opère un recul inacceptable, car au drame que constitue la mobilité réduite d’un membre de la famille, s’ajoutera la difficulté à obtenir rapidement du propriétaire la prise en charge et la réalisation des travaux nécessaires.

Nous avons eu la baisse de l’APL pour les locataires et l’obligation pour les organismes HLM de supporter les conséquences de cette décision. A présent, le pouvoir va plus loin au détriment du droit réel au logement pour les familles qui doivent faire face à la mobilité réduite. Sans prise en compte de leurs besoins réels, les personnes en situation de handicap se voient restreindre leur possibilité d’accéder à un logement.

Je comprends et partage entièrement la colère des associations représentatives des personnes en situation de handicap. Cette mesure est contradictoire avec le discours de société inclusive du candidat Macron, qui encore une fois privilégie les premiers de cordée pour qui les personnes handicapées sont une charge. Visiblement la volonté politique du « nouveau monde » n’a pas résisté aux vielles sirènes libérales !

Dans notre région, les effets pourraient être dévastateurs, tenaillée entre une croissance démographique forte et un taux de précarité affectant particulièrement les personnes en situation de handicap. Aux difficultés d’accès à l’éducation, à la formation, ou à l’emploi, vont désormais s’ajouter celles liées au logement.

Pour sa part, notre majorité régionale continuera de prendre ses responsabilités et de maintenir le cap qu’elle s’est fixée d’une politique du handicap ambitieuse, élaborée en concertation avec les acteurs principaux qui siègent à l’instance régionale de concertation.

Je ne crois, ni aux « premiers de cordée », ni au « ruissellement »!

A l’égalité des « chances » de ce Président des riches, opposons l’égalité des droits, pour une République qui offre à tous les mêmes services, à commencer par les plus élémentaires dont le logement fait bien partie!

Publicités