Convention « Action Cœur de Ville – Cahors », oui au développement des territoires, non à l’austérité imposée!

En tant que Vice-Présidente, mais surtout en tant que conseillère régionale du Lot, c’est un honneur et une joie de signer aujourd’hui une convention qui acte le développement et les futurs projets structurants de notre ville de Cahors.

Cependant, la région Occitanie restera vigilante quant à ce programme qui affiche une double ambition. Celle d’améliorer les conditions de vie des habitants d’une ville moyenne et de conforter son rôle de moteur de développement du territoire. Si un cœur de ville moyenne se porte bien, c’est effectivement une partie du bassin de vie, y compris dans sa composante rurale, qui en bénéficiera.

La convention signée ce 13 juillet va permettre à la commune de Cahors et son agglomération de mettre en œuvre, dès 2018, des pro­jets identifiés sous la forme de 22 fiches actions portant notamment sur le complexe cinématographique, la requali­fication des Halles, la réhabilitation de 500 logements, un dispositif d’aides au commerce, ou encore l’aménagement des rues.

Néanmoins, si agir pour les villes moyennes peut aider à renforcer plus largement l’attraction du territoire, l’importance d’un maillage territorial en termes de services publics, notamment en matières de transports, d’éducation et de santé, n’en reste pas moins primordial.

Oui monsieur le préfet, nos villes sont un atout pour notre pays. Elles représentent aujourd’hui pour les Français qui y vivent, un cadre de vie à taille humaine, et pour les territoires ruraux, un moteur de développement trop longtemps négligé, et malheureusement en passe de devenir de véritables déserts en matière de services publics. Baisse du nombre d’enseignants, suppressions de lits dans nos hôpitaux, fermetures des bureaux de postes…Les services publics sont mis à mal aujourd’hui dans nos territoires, malgré le levier importants qu’ils représentent pour lutter contre les multiples fractures sociales et territoriales que nous constatons.

Ajoutons à cela le contexte particulier d’austérité budgétaire que le gouvernement tente d’imposer aux forceps aux collectivités par le biais de contrats financiers qui ne prennent pas en compte les besoins sociaux et économiques de nos territoires.

Sue l’Etat s’engage pour notre cœur de ville demande aussi une vigilance justifiée. Je profite de cette tribune aujourd’hui pour rappeler l’engagement de la majorité régionale pour le développement des territoires, mais aussi pour l’égalité des droits, notamment en matière d’accès aux services publics.

C’est pour cela que la région, tout en refusant le contrat financier proposé par l’Etat, va tout de même proposer, lors de la prochaine commission permanente, une enveloppe de 5.7 Millions d’euros dans le cadre du contrat Occitanie pour les territoires 2018 – 2021.

Pour finir, nous sommes heureux aujourd’hui de pouvoir avancer ensemble sur le développement du cœur de ville de Cahors, et nous osons espérer que ce partenariat permettra de poser de nouvelles bases et de rétablir le dialogue entre le gouvernement et les collectivités qui ne demandent qu’à œuvrer dans l’intérêt des territoires.

Je vous remercie.

Publicités