Mois de l’ESS | « La coopération : un levier pour le développement territorial lotois »

IMG_20181115_1013076

Dans le cadre du mois de l’ESS, j’ai participé ce matin à Cahors à la rencontre organisée par la  Chambre Régionale de l’Économie Sociale et Solidaire (CRESS) autour du thème de la coopération comme levier de développement du territoire.

Bonjour à toutes et tous,

Tout d’abord merci à vous, d’une part pour être venus si  nombreux aujourd’hui, mais d’autre part pour votre engagement au service de valeurs dont nous avons tant besoin de nos jours.

Aujourd’hui, peut-être plus que jamais, avec la crise sociale, le taux de chômage et de pauvreté dans notre région, le développement de l’économie sociale et solidaire, revêt un enjeu très fort. C’est d’autant plus vrai au vu du contexte actuel de désengagement de l’État. Pour rappel, un an après les premières suppressions de contrats aidés, c’est 1.3 milliards d’euros de pertes qui ont été enregistrées par le monde associatif.

L’Économie Sociale et Solidaire rassemble une grande diversité d’initiatives économiques, ne relevant ni du secteur public, ni du champ économique traditionnel, et cherchant à produire, consommer, employer, épargner et décider autrement, de manière plus respectueuse des hommes, de l’environnement et des territoires.

Pour elles, le profit n’est pas une fin en soi, mais bien un moyen au service de leur projet social et solidaire.

Diverses dans leurs réalités, ces entreprises partagent néanmoins des caractéristiques essentielles : une finalité d’utilité sociale s’inscrivant dans un projet économique, une mise en œuvre du projet fondé sur une gouvernance démocratique et une gestion éthique, une dynamique de développement s’appuyant sur un ancrage territorial et une mobilisation citoyenne.

Souvent en recherche de solutions à des problématiques sociales, sociétales ou environnementales, l’ESS est aussi reconnue pour sa capacité à innover, et a largement contribué à la reconnaissance de l’innovation sociale.

Cependant, si l’ESS représente 10 % des emplois en France, elle pèse, en Occitanie 12 % de l’emploi total et 16 % de l’emploi privé, se positionnant au 3ème rang national.

On recense en Occitanie plus de 23 000 établissements qui emploient plus de 200 000 salariés, dont 80% sont issus du monde associatif. Cette économie a connu une progression de 24% de l’emploi privé depuis les années 2000 et 69 000 recrutements sont envisagés en raison des départs à la retraite d’ici 2028.

Proactifs et engagés sur les sujets qui touchent à la préservation de la planète, au respect et au bien-être de l’humain, les acteurs de l’ESS mènent des actions d’utilité sociale et environnementale sur tous les territoires.

Ces actions font écho à l’engagement de la Région, qui affirme ses ambitions au travers de plans et stratégies transversaux en lien avec ses compétences, et visant notamment à développer l’économie circulaire, à favoriser la transition énergétique, à développer et aménager durablement et de façon équitable les territoires, à contribuer au développement du tourisme pour tous, notamment en renforçant le tourisme social et solidaire,  à développer la culture et le patrimoine de la région, et tant d’autres secteurs.

Ainsi, ce sont plusieurs milliers d’acteurs, principalement associatifs, qui se mobilisent, aux côtés de la Région et bénéficient de son soutien. Pour rappel, le soutien régional à la vie associative dans son ensemble représente 36 millions d’euros par an, tous secteurs confondus.

La Région a également pour ambition de confirmer son rôle d’acteur dans la mise en place d’une politique d’achat public volontariste tournée vers le tissu économique régional, incluant les dimensions sociales et environnementales, au travers de son schéma de promotion des achats publics socialement et écologiquement responsables et de la charte de l’achat socio-économique responsable.

Enfin, la Région Occitanie a décidé d’établir comme priorité de son action la croissance et l’emploi. Elle a ainsi pleinement pris en charge la responsabilité particulière que lui a donnée la loi NOTRe en développement économique, innovation, internationalisation des entreprises, formation professionnelle et emploi.

Cette responsabilité, renforcée tant dans l’établissement des stratégies que dans les interventions concrètes, va parfois jusqu’à une compétence légale quasi-exclusive, comme c’est le cas dans les aides directes aux entreprises.

L’élaboration de la Stratégie Régionale pour l’Emploi et la Croissance (SREC) en Occitanie a reposé sur un diagnostic partagé et sur une large concertation organisée dans toutes les thématiques et sur tous les territoires.

Convaincue que l’ESS ne doit pas être considérée comme une économie de la réparation, mais bien comme partie prenante de la création de richesse économique à part entière, la Région a inscrit l’ESS dans sa Stratégie.

Les élus de la région voteront demain en assemblée plénière le premier plan régional pour l’ESS. Il s’agit pour nous d’encourager et développer cette autre façon d’entreprendre qui met la rentabilité au service de l’utilité sociale, l’économie au service de l’humain.

Ainsi, la Région Occitanie va développer une intervention individuelle et collective par le financement en subventions ou avances remboursables des projets portés par les entreprises de l’ESS : création, innovation, consolidation, développement.

En effet, tous les dispositifs d’aides directes aux entreprises mis en œuvre par la Région seront ouverts aux entreprises de l’ESS.

Pour finir mon propos, je profite de cette rencontre aujourd’hui pour vous rappeler l’engagement de la région à vos côtés, citoyens, entrepreneurs, étudiants, salariés, acteurs publics et privés, c’est ensemble que nous pouvons promouvoir au mieux les pratiques et les valeurs de l’économie sociale et solidaire qui nous sont si chères. Ce travail de coopération, c’est la volonté de la région d’en être partie prenante car nous savons tous que l’avenir et le développement de notre territoire passe par ce levier.

Excellente journée à tous.

IMG_20181115_1012490

Publicités