Politique du logement. Plaçons la justice écologique et sociale au cœur de l’aménagement des territoires !

our family is growing. (1)

Le logement social est un vecteur de justice sociale, en ce qu’il permet de combattre la montée des inégalités et de la précarité. Avec la majorité régionale, nous sommes attachés, depuis le début du mandat, à accompagner les bailleurs sociaux dans leurs projets de construction ou de rénovation. Comme j’ai déjà alerté sur ce sujet à plusieurs reprises, il nous est de plus en plus difficile d’appréhender les perspectives régionales en matière de logement social au vu de la politique régressive que conduit le gouvernement depuis le début du quinquennat. La loi ELAN est particulièrement agressive dans son entreprise de démolition de notre système de logement social.

C’est donc sans surprise que j’ai découvert hier le rapport du DAL 31 (Association Droit Au Logement), qui dresse un bilan inquiétant du logement social à Toulouse.

Si la métropole compte 54 200 logements sociaux dans son parc, cela n’en reste pas moins très insuffisant. Le rapport pointe une augmentation de 13% des demandes en un an seulement, creusant toujours plus l’écart entre l’offre et la demande. Les délais d’attente ne cessent de s’allonger, à un point que 37% des demandeurs abandonnent leur dossier en cours de route.

En matière de mixité sociale, le logement social est censé jouer un rôle primordial. D’autant que plus de la moitié des demandes émanent de ménages dont le revenu mensuel brut ne dépasse pas 1500 euro/mois. Malheureusement encore, le rapport pointe à juste titre que moins d’un tiers de la production est destinée aux ménages à bas revenus.

Le bilan global du rapport est accablant. Mais le pire reste à venir quant à l’application de la loi ELAN. La loi prévoit notamment la vente de 1% du parc, chaque année, par les bailleurs afin de compenser la diminution de la participation de l’Etat qui se désengage lentement, mais sûrement, de sa responsabilité d’assurer un toit à toutes et tous.

La privatisation du logement social qui est en cours avec la loi ELAN ne va qu’empirer une situation déjà dramatique. Dans ce cadre, je tiens à apporter tout mon soutien à la proposition d’encadrement des loyers portée par le DAL. Il est inacceptable qu’en 20 ans les loyers à Toulouse aient augmenté de 200% ! Attractivité rimant avec augmentation des loyers, la chasse aux habitant-e-s non fortuné-e-s est donc déclarée.

En ce sens, j’apporte également mon soutien à tous les acteurs de terrain mobilisés contre la loi ELAN et pour des politiques du logement dans lesquelles ce n’est pas le profit mais la justice écologique et sociale qui sont au coeur de la réflexion sur l’aménagement du territoire.

Publicités