Carte scolaire: doit-on toujours se contenter de la politique du moins pire ?

photo-educ

Le comité départemental de l’Éducation Nationale s’est tenu hier soir. Comme chaque année en cette période, la question de la carte scolaire est posée, et toujours plus de postes et de classes sont fermés. N’ayant pu participer à ce CDEN, je tiens à exprimer ma solidarité avec les parents et enseignants, inquiets sur le devenir de l’école républicaine.

Certes 5 postes c’est moins que 16. Mais doit-on toujours se contenter de la politique du moins pire, ou à contrario, avoir l’exigence d’un qualité d’apprentissage pour nos enfants ?

L’éducation n’est malheureusement pas épargnée par la politique austéritaire du gouvernement. Comme « Atila », le président Macron détruit tout sur son passage, laissant les territoires exsangues où l’humain n’aura bientôt plus sa place.

Publicités