Ne les laissons pas détruire le logement social !

Text placeholder (1)

Depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement actuel nous assistons au démantèlement pur et simple du système de logement social tel que nous l’avons connu. Débutée par l’annonce choc de baisser les apl, puis de faire porter le coût sur les bailleurs en 2017, cette triste entreprise s’est poursuivie depuis par une longue série de mesures toutes aussi destructrices les unes que les autres.

Accessibilité, rénovation énergétique, construction de logements neufs, rénovation du parc existant, il ne faut pas s’y méprendre, c’est le secteur HLM dans son ensemble que cherche à détruire le gouvernement.

Après avoir prélevé 1,5 milliards d’euros en 2018 dans les finances des bailleurs sociaux, le gouvernement a bien compris qu’il y avait là une manne et annonce une nouvelle ponction  de 1,7 Milliards d’euros d’ici 2020. C’est une folie !

Bien évidemment le secteur HLM ne pourra jamais supporter de telles attaques, et ce malgré les regroupements imposés par le gouvernement. De l’arrêt des constructions de logements neufs à l’accroissement des difficultés à se loger pour nos concitoyens, la privatisation du secteur HLM par le gouvernement se poursuit et sera lourdes de conséquences si l’ensemble des acteurs du logement ne se mobilisent pas pour empêcher cette catastrophe.

Comme l’a dévoilée la fondation Abbé Pierre Occitanie la semaine dernière, notre région connaît déjà de réelles difficultés et le logement demeure un facteur d’exclusion important. En Occitanie ce sont quelques 150 000 personnes qui sont en attente d’être loger. S’ajoute à cela un niveau de précarité inquiétant dans nombre de nos territoires, une pauvreté galopante, et surtout l’arrivée chaque année de plus de 50 000 personnes dans notre région.

Asphyxie du secteur HLM d’un côté, explosion du nombre de demandes de l’autre, le gouvernement n’a pas pris la mesure de la situation dans nos territoires et nous emmène droit dans le mur, avec à la clé un accroissement des difficultés pour un grand nombre de nos concitoyens.

Une période de négociation a malgré tout débuté entre le gouvernement et l’union sociale de l’Habitat. Celle-ci doit aboutir d’ici 15 jours, soit sur le maintien de la politique du gouvernement, soit sur un compromis proposé par les bailleurs. J’en appelle à l’ensemble des acteurs du secteurs HLM, notamment les locataires, mais aussi aux bailleurs sociaux de nos territoires, aux citoyens et élus locaux, aux associations, il est urgent de nous mobiliser et de faire entendre notre voix tous ensemble. Il ne faut pas laisser passer cette attaque, l’avenir du logement social pour  nombre de nos concitoyens en dépend.

Publicités