Logement social. Les bailleurs sociaux se plient face à de bien maigres avancées

rmp0098697_darnaud-antoine---region-occitanie_-758f4

Les représentants des bailleurs sociaux ont approuvé les termes de la conclusion de la “clause de revoyure” négociée avec le gouvernement. Si l’union des acteurs HLM a effectivement permis d’obtenir une légère diminution de la facture, il n’en reste pas moins que le cap politique ne change pas et qu’il met en danger notre modèle de logement social. Comme je l’ai déjà dénoncé à plusieurs reprises, le projet du gouvernement est bien d’asphyxier les bailleurs sociaux et le secteur HLM, de les forcer au regroupement pour mieux les amener vers la privatisation pur et simple du logement social. On ne doute pas que c’est une stratégie en or aux yeux du grand capital qui doit déjà se frotter les mains.

Malheureusement, celui-ci sera bien le seul à tirer bénéfice d’une telle politique car la douche promet d’être froide pour les locataires comme pour les milliers de ménages en attente d’un logement. Le gouvernement, tout comme les bailleurs sociaux, n’ont d’ailleurs même pas jugé nécessaire de concerter les associations représentatives des locataires. Les inquiétudes sont pourtant très fortes de leur côté et les craintes réelles quant à la dégradation du patrimoine, l’augmentation des loyers ou encore la baisse des APL.

Comme l’a rappelé encore récemment dans la presse la présidente Carole Delga, l’Occitanie est une région solidaire et volontaire pour accompagner les besoins en logement liés au dynamisme démographique. Depuis la loi NOTRe de 2015, la Région a compétence sur l’accès au logement et à l’amélioration de l’habitat, et elle se mobilise. Ainsi, 16 M€ seront consacrés à ses actions pour un habitat solidaire en 2019. Dans ce contexte on ne peut que regretter et dénoncer le choix politique du gouvernement de dénouer la solidarité de l’habitat.

Publicités