Référendum ADP. Ne les laissons pas privatiser les aéroports de Paris !

visuel-ADP_(1)

Pour la première fois dans l’histoire de notre République, 248 parlementaires issus de 12 groupes parlementaires différents ont lancé une procédure de référendum d’initiative partagée, visant à garantir le caractère public des aéroports de Paris.

La privatisation d’ADP (aujourd’hui l’Etat est actionnaire à hauteur de 50,6%) a été votée par la loi Pacte au printemps 2019. Outre ADP, elle prévoit aussi la vente de ENGIE et de la Française des Jeux. Ils rapportent à eux trois 800 millions d’euros par an à l’Etat.

Depuis 1986, on compte 1500 privatisations de sociétés. La part publique hors administration dans le salariat global est passé en 30 ans de 10,5% à 3,1%.

La phase actuelle dans laquelle E.Macron fait entrer la France est celle de la privatisation des monopoles dits « naturels » pour lesquels un consensus existait sur leur maintien dans le giron public en raison des enjeux stratégiques mais aussi des forts coûts d’investissement public. Ce qui s’applique avec ADP est donc une accélération de la théorie libérale de la privatisation des gains et de la collectivisation des pertes. Il faut rappeler que contrairement à d’autres privatisations, la vente d’ADP n’est pas imposée par l’Union européenne.

*Déposer un soutien à la proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris

Vous pouvez déposer un soutien à la proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris en cliquant sur ce lien.

Publicités